Archives de catégorie : Bouilloire

456 — Vendredi 22 janvier 2016

[Poulet et légumes (oignon, poireau, carotte, navet, céleri branche) en curry japonais, riz gluant, mâche.]

[Poulet et légumes (oignon, poireau, carotte, navet, céleri branche) en curry japonais, riz gluant, mâche.]

Voilà que les routes sont meilleures. Je parle bitume, bien sûr, car les routes de l’avenir sont bien sombres. Heureusement que les voies qui mènent au Seigneur sont plus réjouissantes !
— Pilipi-piou-Tu-philosophes ?-piou-piou !
Oui, Jo. C’est si bon de s’élever un peu, surtout dans ce monde qui semble ne s’intéresser qu’au plus vil de chacun de nous. Tu vois, Jo, j’ai du mal à comprendre pourquoi les personnes s’entredéchirent tant. Bien sûr, on ne peut aimer tout le monde. C’est même hors de question ! Pourtant, est-il si nécessaire de se marcher les uns sur les autres ?
— Pilipi-piou-Le-pouvoir !-piou-piou !
Et le sexe ? L’argent ?
— Pilipi-piou-Ils-sont-dans-le-pouvoir.-piou-piou !
Oui, sans doute… Posséder, toujours posséder. Depuis Jésus, pourtant, chacun sait que c’est vain, que cela ne génère que souffrances personnelles et collectives. Mais pourquoi n’écoutons-nous pas plus la parole de Jésus, ou même des autres prophètes ? Ce sont eux qui nous guident vers la joie. Cela ne se négocie pas la joie, et je ne connais pas d’autres chemins vers la vie éternelle.
— Pilipi-piou-La-vie-éternelle.-Tu-es-sûre ?-piou-piou !
Pourquoi pas, Jo ? Parce que celle-ci serait difficile ? Remarque, tu as raison, si c’est pour se fader les mêmes abrutis au paradis, cela ne vaut peut-être pas la peine !
— Pilipi-piou-Hi !-Hi !-piou-piou !
Oui, Jo, rions. Et dis-moi aussi si tu préfères rester ici et que mon amie albinos passe te voir ou venir au couvent. Finalement, nous partons tout à l’heure, dès la sortie des classes et rentrerons dimanche dans l’après-midi. Cela nous fera des petites vacances.
— Pilipi-piou-Au-couvent !-Fais-meilleur.-piou-piou !
Tu trouves que je ne chauffe pas assez ?
— Pilipi-piou-Disons-que…-piou-piou !
D’accord, Jo. Je vais faire mon sac et après, je te prépare.
À plus !

454 — Mardi 19 janvier 2016

[Carottes, chou-fleur, endives grillées, gioza sauce soja, samoussa au bœuf, crème de soja.]

[Carottes, chou-fleur, endives grillées, gioza sauce soja, samoussa au bœuf, crème de soja.]

On dirait que j’ai l’esprit englué par le froid, les doigts aussi. Rosalie est comme moi, elle n’est pas très portée sur le chauffage. On préfère enfiler un pull supplémentaire, s’enrouler dans un plaid, que de monter la chaudière. Il ne fait d’ailleurs pas si froid que cela, 18° ce matin au réveil. Avec un peu de cuisine, cela monte d’un demi-degré. C’est quand on ne bouge pas que cela se ressent ; j’ai aussi une fenêtre qui fuit un peu. Il va falloir songer à en changer.
Avant ça, le plombier est passé faire les mesures de la salle de bains. Il doit m’envoyer le devis. Un homme sympathique recommandé par mon amie albinos. Rosalie m’a proposé de payer une partie de la facture. J’ai refusé, vous pensez bien ! Elle a son appartement à entretenir et puis la pension de sa maman chez les sœurs. Elle a une retraite, bien sûr, sa maman, et les sœurs ne font pas de bénéfice ; mais cela fait des frais tout ça. Peut-être que nous irons ce week-end ; cela dépendra de l’état des routes.
Côté ouvrage, je ne suis pas très pressée. Les commandes sont toujours rares pendant les soldes, à part quelques retouches ; ces dames doivent les payer ; elles en font moins. J’en profite pour terminer quelques pièces de ma création ; des sacs en damas ; quelques robes et une jupe un peu psychédélique ! J’irai regarnir le portant que j’ai à demeure dans une boutique de la rue Saint-Dominique en fin de semaine ; il s’est vidé avant les fêtes, m’a dit ma logeuse de créations. Cela vaut la peine que je m’active un peu. En plus, ça réchauffe !
Un petit café et j’y retourne !
À plus !

430 — Dimanche 13 décembre 2015

[Légumes (carottes, cocos plats, navets, pois chiches, oignons) façon couscous (quatre épices, piment oiseau, laurier, thym, concentré de tomate), semoule de coucous semi-complète (au fond du bol).]

[Légumes (carottes, cocos plats, navets, pois chiches, oignons) façon couscous (quatre épices, piment oiseau, laurier, thym, concentré de tomate), semoule de coucous semi-complète (au fond du bol).]

A voté ! Entre Valérie et Claude, mon cœur n’a pas eu de peine à balancer. J’aime les femmes. Ce seul argument aurait suffi mais quand je vois que Claude ratisse jusqu’à des syndicats de proxénètes, j’en suis effrayée. Je ne savais pas que les écolos, qui les avaient mis sur leur liste au premier tour, étaient à ce point férus de dépravation pour encourager le commerce du sexe. Notez que je n’ai rien contre ces femmes contraintes à subir ce sort atroce ; mais ceux qui en tirent profit ne sont que des lâches. Quant aux clients ; les soigner me semble plus raisonnable que les mettre en prison. Mais il y aurait tant de monde à soigner ! À croire que le monde d’aujourd’hui n’est peuplé que de fous.
Passons. On verra le résultat ce soir. J’ai prié ce matin pour que les deux mamelles du Front ne gagnent pas l’élection. On était bien en phase avec Jésus. Il m’a dit qu’il n’y pouvait rien et a prié avec moi. On avait passé la soirée d’hier, Jésus et moi, dans un magnifique temple du 7e arrondissement. Mon amie albinos et Josette y allaient écouter chanter un de leurs amis. C’était vraiment un concert ravissant. Cela s’est terminé par l’Alléluia du messie de Haendel. Un régal ! Je l’ai chanté tout le chemin du retour.
— Pilipi-piou-Tu-nous-le-chantes ?-piou-piou !
Attends, Jo ! J’ai mieux. Petit Koala m’a montré un truc super !


— Pilipi-piou-Wahou !!-piou-piou !
Oui, Jo ! Et puis, cet Alléluia ! Une magie.
Il y avait aussi d’autres chants de Noël, et un long passage orgue et trompette. Cela m’a vraiment mise en joie à la veille de ce dimanche de Gaudete. Je vais y consacrer ma semaine, à la joie. Qu’en penses-tu, Jo ?
— Pilipi-piou-On-chante-encore ?-piou-piou !
Tu as envie de quoi ?
— Pilipi-piou-Ça,-pour-fêter-la-Cop21.-piou-piou !


La vie est si belle, Jo ! Je suis tout en joie.
À plus !

419 — Vendredi 27 novembre 2015

[Purée de brocolis, purée de céleri rave, carottes, chou rouge, giozas grillés sauce soja.]

[Purée de brocolis, purée de céleri rave, carottes, chou rouge, giozas grillés sauce soja.]

Une semaine déjà sans billet ! C’est passé si vite ! Et c’était vraiment très intéressant ce séminaire ; ces protestants ont une façon de lire la Bible tout à fait particulière. C’est parfois un peu osé mais toujours très intelligent. C’est bien regrettable que les catholiques de la Saint Barthélémy aient refusé de les écouter. Nous aurions vraiment gagné en éveil à Jésus. Josette m’a promis de venir voir monsieur le curé pour lui proposer une « lecture croisée sur la Bible ». J’espère qu’il acceptera.
Quant à la Suisse… et à l’accueil de cette femme pasteure ! Cela fait du bien une telle chrétienté ! François 1er peut nous parler de pauvreté ; là, nous sommes dans la simplicité, une humilité face à la vie, une bonté, un désintérêt pour le superflu… Quand on pense que tout cela se passe au pays des banques et des comptes numérotés. C’est incroyable ! Sans doute faut-il cela à ce pays pour supporter toute cette richesse mal acquise. Jésus ! Ah ! Jésus. On a les héros que l’on peut.
Ce matin, ce sont les victimes de ces attentats, mes héros ! J’ai pavoisé, comme l’a suggéré le Riquiqui qui aime décidément la guerre, surtout quand ce sont d’autres que lui qui meurent pour la France. Il faut des chefs, bien sûr. Mais tout de même ! Il sera le seul à parler aux Invalides. Aimerait-il le pouvoir personnel ?
— Pilipi-piou-Le-coup-d’État-permanent !-piou-piou !
Jo ! Tu es toujours aussi drôle. Tu m’as manqué, tu sais ?
— Pilipi-piou-Toi-aussi !-piou-piou !
Cela a été avec Rosalie ?
— Pilipi-piou-Quand-nous-chanterons-le-temps-des-cerises-piou-piou !
Je vois.
Je vous laisse. Je dois récupérer de l’ouvrage. Je vous en raconte plus demain.
À plus !

418 — Vendredi 20 novembre 2015

[Légumes façon couscous, écrasé de doubeurre, chou rouge, galette de céréales et soja vert épices colombo (orge, sarrasin, couac, flocons d'avoine).]

[Légumes façon couscous, écrasé de doubeurre, chou rouge, galette de céréales et soja vert épices colombo (orge, sarrasin, couac, flocons d’avoine).]

Qu’est-ce qu’il tombe ! À peine le temps d’aller à la boulangerie et j’étais trempée. Des fois, je songe que s’il avait plu ou fait froid vendredi dernier, il y aurait eu moins de monde en terrasse à Paris. Cela n’aurait pas tant changé de choses, surtout au Bataclan ! Les récits affluent. Je n’arrive toujours pas à imaginer. Je sens la colère qui monte, plutôt. Mais imaginer… Non, c’est impossible. Et ce matin, encore, cette attaque à Bamako. Cela va-t-il s’arrêter ? Je vais finir par vraiment me mettre en colère !
— Pilipi-piou-Et ?-piou-piou !
Rien, Jo, bien sûr ! Mais si j’en croise un, je te jure que je l’attrape vite fait par le froc et je te l’envoie paître dans les forges de l’enfer ! Parce que cela suffit maintenant.
— Pilipi-piou-Y-a-de-la-pelouse-dans-l’enfer ?-piou-piou !
Y en a partout, Jo, de la pelouse !
— Pilipi-piou-Hi ! Hi !-piou-piou !
Oui, Jo, rions ! Cela fait du bien de rire ! C’est cela que nous avons oublié depuis une semaine, rire ! Chanter ! Danser !

« Soleil soleil
« J’irai où tu iras
« Fais-moi soleil tout ce que tu voudras
« Des plages d’or au cœur des favellas
« Le monde chante dés que tu es
« là là là là là là là là là là là là là »

— Pilipi-piou-Vive-Dalida !-piou-piou !
Oui, Jo ! C’est Paris ! Dalida. Et même avec ce qu’il tombe, on sent que le soleil est là, dans nos cœurs, avec Jésus pour nous donner la joie !
Allez Jo ! Il faut que je file au tribunal récupérer un papier pour le Pacs ; c’est bien compliqué cette affaire. Et demain, je vais en Suisse. Josette m’a dit de me couvrir. Le temps se rafraîchit. Tu vas passer un bon week-end avec Rosalie ?
— Pilipi-piou-Oui!- C’est-nous-les-damnés-du soleil ! C’est-nous-les…-piou-piou !
Oh ! Jo ! Dans quelles conditions musicales je vais te retrouver ?
À plus !

401 — Mardi 27 octobre 2015

[Tarte au poireau (industrielle), carottes, pomme de terre, chou rouge, jeunes pousses, priment végétarien, crème de soja, raifort.]

[Tarte au poireau (industrielle), carottes, pomme de terre, chou rouge, jeunes pousses, priment végétarien, crème de soja, raifort.]

Décidément, on se demande où j’ai la tête ! Je m’étais encore emmêlé les pinceaux avec les dates, comme si j’avais un souci avec le temps qui passe. C’est corrigé. Et à propos de tête, la mienne est douloureuse depuis ce matin. On a sans doute un peu trop dormi avec Rosalie. Elle est en vacances ; on profite ! Demain, elle ira voir sa maman chez les sœurs. Elle rentrera samedi.
Je vous fais donc juste un petit coucou. Elle m’attend pour aller au marché Saint-Pierre pour refaire les stocks des sœurs. Nous avons aussi une petite liste de commandes personnelles. Je ne peux rien vous en dire, mais c’est amusant. Par précaution, j’ai prévenu monsieur le curé que je ne serai pas à la messe ce soir. Il en est toujours un peu contrarié. Il dit que je mets une bonne ambiance, surtout quand je chante (faux).

« Adeste fideles læti triumphantes,
« Venite, venite in Bethlehem.
« Natum videte Regem angelorum.
« Venite adoremus (ter)
« Dominum. »

J’adore cet « Adeste fideles » en latin.
— Pilipi-piou-Et-ce-pacs ?-piou-piou !
Plus tard, Jo. Plus tard. Je suis pressée.
À plus !

362 — Dimanche 9 août 2015

À plus !

[À plus !]

Voilà. C’est les vacances. Je suis prête à partir, ou presque ! J’ai enfin vidé mon congélateur hier sans rien jeter, ou presque ! Je voulais emporter le dernier morceau de Cochonou pour le pique-nique. Je râlais que ce n’était pas bon. Rosalie l’a pris et l’a jeté à la poubelle. Là. Comme ça. Je crois que je ne l’avais jamais vu faire preuve d’elle telle violence.
— Pilipi-piou-Tu-exagères !-piou-piou !
Non, Jo. Je te promets. Son geste était violent.
— Pilipi-piou-Le-Cochonou-l’avait-mérité !-piou-piou !
Oh ! oui. Jo. Et j’aurais voulu être capable d’un tel geste mais il semble que les cathos soient encore plus économes que les cocos. Quand je pense aux personnes qui auraient pu se régaler de ce petit bout de…
— Pilipi-piou-Oublie !-piou-piou !
Tu as raison, Jo. Je dois encore nettoyer le réfrigérateur et vérifier que je n’ai rien oublié pour les vacances. Rosalie passe me chercher dans deux heures. On fera la route tranquille. Tu es prêt, Jo ?
— Pilipi-piou-Oui-mais…-J’ai-un-peu-peur…-piou-piou !
Peur ?
— Pilipi-piou-Les-autres-oiseaux.-Le-camping-La-mer…-piou-piou !
Je comprends. Tu ne connais rien de tout cela. Mais ne t’inquiète pas, tu seras avec nous. On t’installera dans le bungalow, juste à l’entrée, que tu aies un peu d’air sans ressentir les vents marins. Les autres oiseaux sont très gentils, tu verras. Et peut-être que tu te feras des copines et des copains.
— Pilipi-piou-Je-vais-niquer ?-piou-piou !
Jo ! Qui t’a appris ça ? Mon amie albinos, je parie !
Sache que les oiseaux ne « niquent » pas. Ils s’accouplent pour se reproduire. Tu veux des bébés ?
— Pilipi-piou-Je-mettrai-un-préservatif.-piou-piou !
Mais qu’est-ce que tu as aujourd’hui ? Ce sont les vacances qui te font cet effet-là ? Allez ! On se tait. Il faut vraiment que je me dépêche ; je ne voudrais pas que l’on fasse attendre Rosalie et sa maman.
Très bon mois d’août à tous !
À plus !

Note. J’oubliais ! Mon amie albinos va fermer les commentaires. Je n’ai pas bien compris pourquoi, une « question de sécurité ». Je la laisse faire.

307 — Mercredi 20 mai 2015

[Épinards frais, fenouil, carottes, courgettes croquantes au gingembre, coriandre et sauce soja, riz gluant.]

[Épinards frais, fenouil, carottes, courgettes croquantes au gingembre, coriandre et sauce soja, riz gluant.]

Eh bien, la Suède ; que de mensonges on nous sert ! D’abord, ces personnes ne sont ni plus blondes ni plus grandes que nos Parisiens. Plus blanches, c’est sûr. Peut-être plus minces ? Je ne sais pas, et avec la quantité de pâtisseries et de sucreries en vente libre, on se demande bien comment ils font.
Du sport, paraît-il ? Je n’ai vu aucun jogger. Par contre, que de vélos ! Et qui se croient tout permis. De vrais dangers publics ! Avec mon amie albinos qui ne fait attention à rien, j’ai passé trois jours à la sauver de l’écrasement. Je n’aurais peut-être pas dû, d’ailleurs. Elle est si rouspéteuse, pour un oui, pour un non ; un sacerdoce ce voyage !
Un moment, j’ai été obligée de sévir. Je lui ai dit que si elle continuait comme ça, je chantais l’Ave Maria dans un temple. L’effet Josette, sans doute, cela l’a calmée. Moi, un peu moins car voir ces lieux de cultes magnifiques dépouillés de tous les saints et du chemin de croix, quelle tristesse ! Dés hier soir, à la paroisse, j’ai fait le tour de nos hôtes sacrés et leur ai offert à chacun un cierge. Ils le méritaient bien, et moi aussi.
Ce voyage m’a épuisée. Compter les couronnes, guider mon amie albinos, lui expliquer tout ce que l’on voyait, l’aider à choisir à manger, lui trouver des cadeaux, prendre un avion avant les laudes, un autre pour arriver à Paris en pleine nuit, assurer la conversation en anglais… et j’en passe. Heureusement, la jeune fille qui nous accueillait était absolument charmante et ses amis chercheurs aussi. Cela fait plaisir de voir des jeunes gens passionnés ainsi par leurs recherches, si pleins de vie et d’avenir, et si gentils et accueillants. Voilà de quoi me réconcilier avec les jeunes, c’est vous dire !
Il faudra que je vous raconte le lever de drapeau aussi. C’était très émouvant ; je fais vite. Je pars vendredi pour le stage de boutis. J’ai tant de choses à faire !
À plus !

298 — Vendredi 1er mai 2015

[Épinards frais, cristophine râpée, lentilles épices papillon (Bois d'Inde, piment végétarien, gingembre, colombo), purée de doubeurre, crevettes sautées au gingembre et coriandre, petit samoussa au bœuf, riz gluant, olive noire.]

[Épinards frais, cristophine râpée, lentilles épices papillon (Bois d’Inde, piment végétarien, gingembre, colombo), purée de doubeurre, crevettes sautées au gingembre et coriandre, petit samoussa au bœuf, riz gluant, olive noire.]

C’était bien bon ce déjeuner ! Il ne manquait que le gâteau au chocolat de Josette, qu’heureusement des biscuits de Rosalie ont compensé. Mon amie albinos en a mangé une bonne ration, sans doute un peu triste de savoir sa belle dans un temple suisse le temps d’un week-end de travail biblique.
— Quand même, trois jours de Bible à gogo…
— Tu vas bien chez tes albinos le même temps le week-end prochain !
Elle en a convenu.
— Pilipi-piou-Et-moi-le-week-end-prochain ?-piou-piou !
Eh bien, Jo, tu viens avec nous chez les sœurs, tu es habitué à la voiture maintenant. Rosalie a appelé. Sa maman va bien. Elle s’accommode sans soucis à l’ordre de la vie monacale, assoupli pour les pensionnaires. Elle aide volontiers au quotidien. Seule chose : il ne faut rien lui demander de religieux ; cela lui déclenche des crises impossibles ! Les sœurs en ont pris leur parti et, quand c’est son tour de faire la lecture au repas, elle la laisse choisir des textes de littérature générale ; cela les distrait.
Ah ! Si l’on pouvait toujours s’accorder ainsi. Mais tout le monde n’est pas religieuse ni malade d’Alzheimer. Remarquez, entre Rosalie, mon amie albinos et moi, il y a aussi de gros sujets de discorde possibles mais l’on s’entend bien. Peut-être parce qu’au-delà des opinions, il y a les personnes et l’amour qu’elles ont de l’autre ?
— Pilipi-piou-Ah !-Staline-et-l’amour !-piou-piou !
Jo ! C’est mon amie albinos qui t’a soufflé ça pour chicaner Rosalie ? En attendant, elles sont parties toutes les deux sous la pluie pour le défilé syndical du 1er Mai. J’ai préféré ne pas les accompagner. Je voudrais travailler la lecture de dimanche. À chacune sa foi !
À plus !

297 — Jeudi 30 avril 2015

[Épinards frais, purée de céleri, lentilles épices papillon (Bois d'Inde, piment végétarien, gingembre, colombo), tomates provençales (poivre, herbes de Provence).]

[Épinards frais, purée de céleri, lentilles épices papillon (Bois d’Inde, piment végétarien, gingembre, colombo), tomates provençales (poivre, herbes de Provence).]

Mais quelle est cette pluie qui scelle mon retour de vacances ? Heureusement que je découvre tous vos messages de sympathie. Cela met du baume au cœur ! Et ce soir, je retrouve la paroisse. On a beau dire, quand on est un étranger quelque part, après le premier accueil bienveillant, on se sent toujours un peu à part.
— Pilipi-piou-Déjà-tu-rouspètes !-piou-piou !
Tu as raison, Jo, c’est très injuste surtout après cette douce semaine que nous avons passée à la campagne. Tu avais l’air de rayonner aussi.
— Pilipi-piou-J’aime-le-faux-silence-champêtre-piou-piou !
Oui, Jo, tes congénères font un sacré raffut mais c’est plus agréable que les moteurs ! Il y avait bien ce tracteur qui passait tous les matins à 6 heures et avait le don de nous réveiller. Je ne lui en ai jamais voulu ; je pense même qu’il nous était envoyé par Jésus tant Rosalie, incapable de se rendormir, m’a à chaque fois emportée en des cieux édéniques.
— Pilipi-piou-Jésus-complice-de-luxure ?-piou-piou !
Pourquoi pas, Jo. Pourquoi pas ! Depuis Pâques, sais-tu, il a transformé la souffrance en béatitude. Alors, pourquoi pas nous ? Et, je peux aujourd’hui l’attester, la chair ne nuit pas à la foi !
Allez ! Ce n’est pas tout ça mais je dois céder modérément au plaisir de ces retrouvailles et filer ranger tout ce que nous avons ramené. J’ai bien avancé dans les ouvrages que j’avais emportés, je suis contente. Je vais faire une petite livraison cet après-midi et récupérer du travail. Il faut renflouer les caisses ! Et j’ai cette émission de mon amie albinos à écouter. À peine arrivée et déjà débordée. Je suis incorrigible !
À plus !